Suggestions de livres par catégories

(Petit lexique à la fin)

Général :

– Bignon, Guillaume, La foi a ses raisons. Confessions d’un athée surpris par Dieu, Trois-Rivières, Éditions Cruciforme, 2018, 284 pages.

 

– Chan, Francis, avec Danae Yankoski, Crazy love. Bouleversé par un Dieu irrésistible, Marpent, BLF Éditions, 2011, 184 pages.

 

– Chan, Francis, avec Danae Yankoski, Dieu oublié. Le Saint-Esprit comme au premier jour, Marpent, BLF Éditions, 2013, 157 pages.

 

– Chan, Francis, avec Preston Sprinkle, L’enfer ignoré. Ce que Dieu a dit sur l’éternité et ce que nous avons inventé, Marpent, BLF Éditions, 2016, 139 pages.

 

– Keller, Timothy, Rencontres avec Jésus, Trois-Rivières, Éditions Cruciforme, 2015, 222 pages.

Note : c’est un petit livre dans lequel Tim Keller fait de la vulgarisation ; il n’y a donc pas des démonstrations comme dans l’exégèse et dans la théologie biblique, mais c’est un livre très utile pour des synthèses abordables d’interprétation de dialogues de Jésus avec diverses personnes dans les Évangiles – et, même s’il ne le détaille pas explicitement point par point (ce qui alourdirait la lecture de ce petit livre qui n’a pas la forme d’un « commentaire » académique), en arrière-plan Tim Keller connait bien l’intertextualité biblique ainsi que la typologie. [On peut en lire un extrait via l’éditeur.]

 

–      Strobel, Lee, Jésus l’enquête, Nîmes, Éditions Vida, 2018, 310 pages.

Note : ce livre, écrit dans un style accessible, regroupe les traces historiques de la divinité de Jésus et les pièces à conviction sur la fiabilité des Écritures.

Voici la description de ce livre par l’éditeur en 4e de couverture :

« Existe-t-il des traces historiques dignes de foi pour savoir si Jésus est vraiment le Fils de Dieu??
Lee Strobel, ancien chroniqueur judiciaire au Chicago Tribune, retrace l’itinéraire spirituel qui l’a mené de l’athéisme à la foi en soumettant une douzaine d’experts à un interrogatoire croisé, tous titulaires diplômés d’universités comme Cambridge, Princeton et Brandeis, et faisant autorité dans leurs domaines respectifs.
Strobel leur oppose des questions telles que de savoir si le Nouveau Testament est digne de foi, s’il existe des traces historiques de Jésus en dehors de la Bible, s’il existe des raisons d’envisager l’historicité de la résurrection.
Le questionnement direct et opiniâtre de Strobel fait de ce livre un moment de lecture captivant comme un roman enlevé. Il ne s’agit pourtant pas d’une fiction mais d’une fascinante quête de la vérité sur une des figures les plus irrésistibles de l’histoire. Un livre étonnamment convaincant?!
Et vous, quel sera votre verdict, après avoir lu «Jésus : l’enquête» ? »

Lee Strobel, maîtrise de droit de la faculté de droit de Yale, a travaillé et fut récompensé pendant treize ans comme journaliste au Chicago Tribune.
Aujourd’hui, cet ancien sceptique sur le plan spirituel exerce un ministère pastoral d’enseignement dans la banlieue de Chicago, à Willow Creek. » (Source)

 

Apologétique :

–      Bignon, Guillaume, La foi a ses raisons. Confessions d’un athée surpris par Dieu, Trois-Rivières, Éditions Cruciforme, 2018, 284 pages.

 

–      Keller, Timothy, La raison est pour Dieu. La foi à l’ère du scepticisme, Lyon, Éditions Clé, 2010, 299 pages.

 

–      Keller, Timothy, Dieu, le débat essentiel, Lyon, Éditions Clé, 2019, 462 pages.

 

–      Strobel, Lee, Jésus l’enquête, Nîmes, Éditions Vida, 2018, 310 pages.

Note : ce livre, écrit dans un style accessible, regroupe les traces historiques de la divinité de Jésus et les pièces à conviction sur la fiabilité des Écritures.

Voici la description de ce livre par l’éditeur en 4e de couverture :

« Existe-t-il des traces historiques dignes de foi pour savoir si Jésus est vraiment le Fils de Dieu??
Lee Strobel, ancien chroniqueur judiciaire au Chicago Tribune, retrace l’itinéraire spirituel qui l’a mené de l’athéisme à la foi en soumettant une douzaine d’experts à un interrogatoire croisé, tous titulaires diplômés d’universités comme Cambridge, Princeton et Brandeis, et faisant autorité dans leurs domaines respectifs.
Strobel leur oppose des questions telles que de savoir si le Nouveau Testament est digne de foi, s’il existe des traces historiques de Jésus en dehors de la Bible, s’il existe des raisons d’envisager l’historicité de la résurrection.
Le questionnement direct et opiniâtre de Strobel fait de ce livre un moment de lecture captivant comme un roman enlevé. Il ne s’agit pourtant pas d’une fiction mais d’une fascinante quête de la vérité sur une des figures les plus irrésistibles de l’histoire. Un livre étonnamment convaincant?!
Et vous, quel sera votre verdict, après avoir lu «Jésus : l’enquête» ? »

Lee Strobel, maîtrise de droit de la faculté de droit de Yale, a travaillé et fut récompensé pendant treize ans comme journaliste au Chicago Tribune.
Aujourd’hui, cet ancien sceptique sur le plan spirituel exerce un ministère pastoral d’enseignement dans la banlieue de Chicago, à Willow Creek. » (Source)

 

–      Zacharias, Ravi, Jésus et les divinités, Trois-Rivières, Éditions Impact, 2009, 238 pages.

 

Baptême :

–      Bourin, Guillaume, Je répandrai sur vous une eau pure. Perspectives bibliques sur la regénération baptismale, Trois-Rivières, Impact Académia, 2018, 95 pages.

 

Bible d’étude

Il existe de nombreuses Bibles d’étude de qualité. Personnellement, nous apprécions la « Bible d’étude du Semeur » (parue à l’automne 2018). C’est une « traduction dynamique », appuyée sur la linguistique et l’exégèse, qui indique en notes de bas de page les autres traductions existantes des passages lorsque c’est le cas (par exemple, dans Genèse est indiqué « ne pas se nourrir du fruit de l’arbre de la détermination du Bien et du Mal » plutôt que simplement « l’arbre de la connaissance du Bien et du Mal », puisque « connaissance » a là le sens de « connaitre en faisant l’expérience », c’est-à-dire en se faisant soi-même la mesure de toutes choses, le juge du Bien et du Mal). Par ailleurs, dans le texte toutes les références à l’A.T. ou à d’autres passages de la Bible sont en italique, avec l’indication des divers renvois dans une section entre le texte et les notes de bas de page (très utile pour voir facilement, par exemple, lorsque Jésus cite l’A.T. sans le mentionner explicitement ; et voir d’où c’est tiré). La disposition graphique avec le découpage des pages en trois sections fait aussi que la lecture reste très agréable (certaines Bibles d’étude ont des encadrés « coupant » le texte, ce qui rend malheureusement la lecture moins agréable pour les yeux). Chaque livre de la Bible y est aussi précédé d’introductions « dépolitisées » faisant état notamment du contexte (culturel, littéraire, etc.) en ne cachant pas les diverses perspectives de la recherche (par exemple pour les datations). Il y a aussi un index thématique de 96 pages à la fin, en plus d’index des personnages, peuples, lieux.

 

Histoire de l’Église :

–      Camelot, Pierre-Th & Maraval, Pierre, Les conciles œcuméniques, Éditions Desclée, 1988, 90 pages.

Note : évidemment, pour le tout début de cette histoire, voir les Actes des apôtres dans la Bible (les Actes des apôtres sont en quelque sorte le « tome 2 » de l’œuvre de Luc, c’est la suite de son Évangile de Jésus).

 

Interprétation / typologie (sur les liens entre l’Ancien et le Nouveau Testament) :

–      Beale, G.K., Handbook on the New Testament Use of the Old TestamentExegesis and Interpretation, Grand Rapids (Michigan), Baker Academic, 2012, 173 pages.

 

–      G.K Beale & D.A. Carson (éd.), Commentary on the New Testament Use of the Old Testament, Grand Rapids (Michigan), Baker Academic, 2007, 1280 pages.

 

Mariage / homme-femme :

–      Eggerichs, Emerson, L’Amour et le Respect. L’amour auquel elle soupire tant ; Le respect dont il a désespérément besoin, Longueuil (Québec), Éditions Multilingue International, 2013 (2004), 390 pages.

Note : on peut lire un extrait »»là««.

 

–      Keller, Tim et Kathy, Le mariage. Un engagement complexe à vivre avec la sagesse de Dieu, Lyon, Éditions Clé, 2014, 293 pages.

 

–      LaHaye, Tim et Beverly, L’acte conjugal. La beauté de l’amour sexuel, édition mise à jour et enrichie, Longueuil (Québec), Éditions Ministère Multilingue International — Collection Martureo, 2006 (1976, 1998), 362 pages.

 

–      Smith, Claire, Le projet bienveillant de Dieu pour elle et lui, Lyon, Éditions Clé, 2014, 245 pages.

 

–      Thomas, Gary, Vous allez dire oui à qui ? Et surtout, pourquoi vous allez lui dire oui…, Marpent, BLF Éditions, 2018, 311 pages.

 

Piliers de la Réforme protestante :

–      Denault, Pascal, Solas. La quintessence de la foi chrétienne, Trois-Rivières, Éditions Cruciforme, 2015, 205 pages.

Note : ce livre traite du sens du Sola Scriptura (et non pas solo Sciptura), du Sola fide, du Solo gratia, du Solo Christus et du Soli Deo gloria – à partir de la Réforme protestante du 16e siècle.

 

Théologie biblique :

–      Alexander & Rosner (dir.), Dictionnaire de théologie biblique, Charols, Éditions Excelsis, 2006, 2012, 1005 pages.

 

–      Carson, D.A., Le Dieu qui est là, Lyon, Éditions Clé, 2013, 312 pages. (Une version en série vidéo est disponible gratuitement.)

 

–      Goldsworty, Graeme, Le Royaume révélé de l’Ancien Testament à l’Évangile, Charols, Éditions Excelsis, 2005, 147 pages.

 

–      Ladd, George E., Théologie du Nouveau Testament, avec Supplément R.T. France et David Wenham, Charols, Éditions Excelsis, 2010 (1974), 785 pages.

Note : la première édition date de 1974, mais ça reste un classique dans lequel Ladd discute de manière académique/universitaire d’autres approches théologiques. C’est aussi à Ladd que l’on doit la popularisation de l’expression du «déjà — pas encore».

 

–      Paya, Christophe, Comprendre Matthieu 1-13 aujourd’hui, Charols, Éditions Excelsis / Édifac, 2013, 319 pages.

Note : ce livre combine l’exégèse, l’étude comparative, la théologie biblique et l’analyse historico-critique.

 

–      Vaughan, Robert, Panorama de la Bible. Y voir clair de la Genèse à l’Apocalypse, Éditions Farel, 2012, 155 pages.

Note : le format de ce livre (petit et vraiment très vulgarisé) peut être utile pour une première vue d’ensemble. Dans les grandes lignes, ce livre reprend (explicitement) le livre de Goldsworty (ci-haut), mais de manière encore plus vulgarisée.

 

Théologie historique :

–      Denault, Pascal, Une alliance plus excellente. La doctrine des alliances : fondement distinctif du baptisme réformé, Trois-Rivières, Éditions Impact Académia, 2016, 189 pages.

 

–      Denault, Pascal, Solas. La quintessence de la foi chrétienne, Trois-Rivières, Éditions Cruciforme, 2015, 205 pages.

Note : ce livre traite du sens du Sola Scriptura (et non pas solo Sciptura), du Sola fide, du Solo gratia, du Solo Christus et du Soli Deo gloria – à partir de la Réforme protestante du 16esiècle.

 

Théologie systématique :

–      Piper, John, Dieu veut-il que tous les hommes soient sauvés ? Y a-t-il deux volontés chez Dieu ?, Europress, 2015, 83 pages.

Note : ce livre traite de la Souveraineté de Dieu.

 

Petit lexique :

  • Exégèse : interprétation/critique du texte, avec des bases philologiques.

 

  • Théologie biblique : c’est d’abord une discipline descriptive. C’est une étape intermédiaire entre l’exégèse et la théologie systématique. La théologie biblique s’intéresse (a) au progrès de la révélation dans la Bible, et tient donc compte du développement historique, et s’intéresse (b) à la théologie propre à chaque écrit/corpus biblique. Elle étudie aussi les rapports d’intertextualité, la typologie, l’interaction entre deux ou plusieurs livres du corpus biblique, etc. Exemples de questions qu’on y trouve : Quelles sont les grandes étapes de l’histoire de la Rédemption ? De quelle manière la fin de la Bible renvoie-t-elle à son commencement ? Comment la notion de « Temple » évolue-t-elle de l’A.T. au N.T. ? Comment les prophéties d’Ésaïe s’accomplissent-elles dans le N.T. ? Selon quelle logique les auteurs du N.T. citent l’A.T. ? Comment se manifeste la tension entre le « déjà » et le « pas encore » dans le N.T. ? Etc.

 

  • Théologie historique : l’histoire des interprétations et de leurs développements (chez Augustin, chez Thomas d’Aquin, chez Martin Luther, chez Jean Calvin, chez John Owen, etc.).

 

  • Théologie systématique (ou théologie dogmatique) : c’est d’abord une discipline de systématisation. L’approche est alors atemporelle pour systématiser des indications/enseignements bibliques sur tel ou tel sujet. Exemples de questions qu’on y trouve : Comment comprendre la Trinité ? Comment comprendre l’humanité et la divinité du Christ ? Quel est le rôle du Saint-Esprit ? Quelle est la nature de l’Écriture ? Etc.

 

>>>Voir aussi les suggestions de liens vers des ressources<<<

One thought to “Suggestions de livres”

Les commentaires sont fermés.